French Renaissance?

Voir en bas pour la traduction française.

This Six Nations, I am hoping for a French renaissance. Of course, I am English and I want England to win every match and every tournament, but for the sake of rugby and its fraternal spirit, I also want le XV de France to rediscover its flair and beauty.

French rugby needs a good dose of neo-liberalism to revive it from the dogma of centralism and micro management which has plagued it for a decade. Of course, whether in politics, economics or sport, the laissez-faire model needs some control and governance but it will always win over the alternatives. Anyone who says otherwise is talking merde.

As I say in my book on page 395:

"Dear FFR, please ditch the conventional wisdom, stop copying the Anglo-Saxon way and play to your instincts. Your best rugby is played by artists not scientists, crafters not grafters, rule breakers not rule takers."

Vive le renaissance!

Since the 1980s, France has tasted glory under the leadership of Jacques Fouroux (1981, 1987 Grand Slams), Pierre Villepreux (1997, 1998), Bernard Laporte (2002, 2004) and even the much maligned Marc Lièvrement (2010), and I think it will rediscover this glory under the combination of Galthié and Ibanez.

In Ibanez, you have one of the most impressive men I have ever met - very intelligent, funny, empathetic, a strong leader and brilliant communicator. I interviewed over 100 people for my book and he was a stellar performer, the man of the match. He is very personable but don't under estimate the teak-tough streak which pervades his latin temperament. As hard as nails on the pitch, he is bringing a mental toughness to the French team.

A student of the game, he has spent considerable time in England and New Zealand learning how to combine the key player and team attributes which win World Cups - skill, fitness, resilience, organisation, basics, humility, hard work and commitment, all encased in that latin emotion, a fundamental part of their great performances. I believe Ibanez knows how to combine French Flair with discipline and organisation to produce a team capable of getting to a World Cup final, possibly winning it. The arrival of Shaun Edwards will only enhance this tantalising possibility.

La route will be lined with bumps and questions -  the suitability of the Top 14 to produce great test players, questions over their fitness, lack of number of French players, discipline, defence, and so on - but France is building for its World Cup in 2023 and I am very excited by its crop of young, emerging players. I think the management will be as focussed on performances and learnings as actually winning the game, but I believe they will perform very well. My heart says match nul but my head say France will win by 7 points. There, I said it.

Here is part 1 of my brief take on some of the players:

Charles Ollivon, back row. Tall, fast, regal and athletic, and France’s new Capt. Mentally tough, a man who can rally his team when games are tight. He is no 'beef cake' but is very intelligent, a player who anticipates where the ball is going. He's a Prince of the back row.

Camille Chat, hooker. There is nothing svelte and cat-like about Camille. More of a Lion King, he is hard, strong, dynamic and uncompromising. He has been criticised for his throwing in but in the loose he always crosses the gain line. He reminds me of Philippe Dintrans, another 'bomb' of a player. He has pulled out of the England match due to injury.

Antoine Dupont, scrum half. A pocket rocket, he reminds me so much of Jérôme Gallion, the former great scrum half from Toulon. He isn't a game manager in the mould of Berbizier or Parra. Instead, he explodes off the mark, creates space and breaks the line. In that way, he is an 'old fashioned scrum half, the sort of player I love to watch.

Damian Penaud. His father was an excellent player but Damian is world class. So strong and fast and elusive. He always seems to beat the first defender.

Teddy Thomas, wing. Baby-faced assassin who hails from Biarritz, now playing for Racing 92. Has been picked and dropped a few times, and is a mercurial talent. When he’s good, he is outstanding. Fast feet, elusive and a great finisher.

Virimi Vakatawa, centre. Born in Fiji, he is a magician who can do anything. Big and strong with superb hands, he can change direction without slowing down. He is fast over 50+ metres, not just 20m. Formerly a 7s player who has adapted to 15s brilliantly, he is what the French would call un extra-terrestre'. Yes, he's a player from another planet.

Vincent Rattez, wing. Razor sharp and light, he is a sprinter who knows how to play rugby. Wiry like Lagisquet, he has a stunning side step off his right. He is a pearl of a player.

Anthony Bouthier, full back. Brought up in south west France, he started at Dax and then spent time in Federale 1 (France's third division) with Vannes (a great town for eating crèpes btw) before joining Montpellier where he has excelled under the guidance of Xavier Garbajosa. His is organised, strong, consistent, reads the game well and scores tries. He has a lovely outside arc and can drift to beat a player before he receives the ball. However, he isn't in the mould of a Lafond, Blanco or Poitrenaud, but he brings a fine mix of solidity, leadership and skill to the back line.

Sekou Macalou, flanker.  In a Toulouse V Bath game about 15 years ago, I remember watching Yannick Nyanga Kabasele  sprint down the wing. I was in awe of his fluency and effortless movement. When I replay it in my mind, it was like watching a purring panther glide away from the opposition. Well, Macalou is in that mould. He is athletic and regularly appears on the wing where he can make metres. He is is also a great line out option and effective in the loose. Not selected for the England match.

Part 2 coming soon ...

 

Ce Six Nations, j'espère une renaissance française. Bien sûr, je suis anglais et je veux que l'Angleterre gagne chaque match et chaque tournoi, mais pour le rugby et son esprit fraternel, je veux aussi que le XV de France retrouve son flair et sa beauté.

Le rugby français a besoin d'une bonne dose de néolibéralisme pour le faire revivre du dogme du centralisme et de la micro-gestion qui le tourmente depuis une décennie. Bien sûr, que ce soit en politique, en économie ou dans le sport, le modèle du laissez-faire a besoin d'un certain contrôle et d'une bonne gouvernance, mais il gagnera toujours les alternatives. Quiconque dit le contraire parle de shit.

Comme je le dis dans mon livre: "Cher FFR, abandonne la sagesse conventionnelle, arrête de copier la manière anglo-saxonne et joue à ton instinct. Ton meilleur rugby est joué par des artistes pas des scientifiques, des artisans pas des greffeurs, des libre-penseurs pas des conformistes. "

Vive le renaissance!

Depuis les années 1980, la France a goûté à la gloire sous l'impulsion de Jacques Fouroux (1981, 1987 Grands Chelems), Pierre Villepreux (1997, 1998), Bernard Laporte (2002, 2004) et même du très calomnié Marc Lièvrement ( 2010), et je pense qu'il retrouvera cette gloire sous la combinaison de Galthié et Ibanez.

Avec Ibanez, vous avez l'un des hommes les plus impressionnants que j'ai jamais rencontrés - très intelligent, drôle, empathique, un leader fort et un brillant communicateur. J'ai interviewé plus de 100 personnes pour mon livre et il était un artiste stellaire, l'homme du match.

Il est très sympa mais ne sous-estimez pas la durabilité qui imprègne son tempérament latin. Aussi dur que des clous sur le terrain, il apporte une ténacité mentale à l'équipe de France.

Étudiant du jeu, il a passé beaucoup de temps en Angleterre et en Nouvelle-Zélande à apprendre à combiner les attributs clés du joueur et de l'équipe qui remportent les Coupes du Monde - compétence, forme physique, résilience, organisation, notions de base, humilité, travail acharné et engagement, tous enfermés dans cette émotion latine, une partie fondamentale de leurs grandes performances.

Je crois qu'Ibanez sait comment combiner le French Flair avec le discipline et l’organisation pour produire une équipe capable de se qualifier pour une finale de Coupe du Monde, voire de la gagner. L'arrivée de Shaun Edwards ne fera qu'améliorer cette possibilité alléchante.

La route sera bordée de bosses et de questions - l'aptitude du Top 14 à produire de grands joueurs pour des test matches, des questions sur leur forme physique, le manque de nombre de joueurs français, la discipline, la défense, etc. - mais la France construit pour sa Coupe du Monde en 2023 et je suis très excité par sa récolte de jeunes joueurs émergents.

Je pense que Fabien et Raffs seront aussi concentrée sur les performances que les resultats, mais je pense qu'ils fonctionneront bien. Le coeur me dit qu'il sera match nul. Mais la tete me dit la France gagnera de 7 points. Voilà, je l'ai dit.

Voici la première partie de mon bref exposé sur certains des joueurs:

Charles Ollivon, troisième ligne. Grand, rapide, royal et athlétique, et le nouveau capitaine français. Mentalement dur, un homme qui peut rallier son équipe lorsque les matchs sont serrés. Il n'est pas un mammouth et il est très intelligent, un joueur qui anticipe où va la balle. C'est un prince de la troisième ligne.

Camille Chat, talonneur. Camille n'a rien de svelte et de félin. Plus d'un Lion King, il est dur, fort, dynamique et intransigeant. Il a été critiqué pour sa lancée en touche mais en jeu, il franchit toujours la ligne de gain. Il me rappelle Philippe Dintrans, une autre «bombe» d'un joueur. Il s'est retiré du match d'Angleterre en raison d'une blessure.

Antoine Dupont, demi de mêlée. Fusée de poche, il me fait tellement penser à Jérôme Gallion, l'ancien grand demi de mêlée de Toulon. Il n'est pas un manager de jeu dans le style de Berbizier ou Parra. Au lieu de cela, il est super rapid, crée de l'espace et franchit la ligne. De cette façon, il est un demi de mêlée à l'ancienne, le genre de joueur que j'aime regarder.

Damian Penaud. Son père était un excellent joueur mais Damian est de classe mondiale. Si fort et rapide et insaisissable. Il semble toujours battre le premier défenseur.

Teddy Thomas, aile. Assassin au visage de bébé, originaire de Biarritz, qui joue maintenant pour Racing 92. A été sélectionné et abandonné à quelques reprises, et est un talent mercuriel. Quand il est bon, il est exceptionnel. Pieds rapides, insaisissables et un grand finisseur.

Virimi Vakatawa, centre. Né aux Fidji, c'est un magicien qui sait tout faire. Grand et fort avec de la dexterité gestuelle, il peut changer de direction sans ralentir. Il est rapide sur plus de 50 mètres, pas seulement sur 20 mètres. Ancien joueur de 7s qui s'est brillamment adapté aux 15s, il est ce que les Français appellent un extra-terrestre. Oui, c'est un joueur d'une autre planète.

Vincent Rattez, aile. Rapide et léger, c'est un sprinter qui sait jouer au rugby. Fin comme Lagisquet, il a un superb cadrage-débordement. Ce joueur est un diamond.

Anthony Bouthier, arrière. Elevé dans le sud-ouest de la France, il a débuté à Dax puis a passé du temps à la Federale 1 (troisième division de France) avec Vannes (une grande ville pour les crêpes de l'Est) avant de rejoindre Montpellier où il a excellé sous la direction de Xavier Garbajosa. Il est organisé, fort, regulier, lit bien le jeu et marque des essais. Il n'est pas dans le style de Lafond, Blanco ou Poitrenaud, mais il apporte un fin mélange de solidité, de leadership et de compétence à la ligne des arrières.

Sekou Macalou, flanker. Dans un match de Toulouse V Bath il y a environ 15 ans, je me souviens avoir vu Yannick Nyanga Kabasele sprinter sur l'aile. J’etais très impressionné par sa fluidité et son mouvement sans effort. Quand je la rejoue dans ma tête, c'était comme regarder une panthère ronronner s'éloigner de l'opposition. Eh bien, Macalou est dans ce style. Il est athlétique et apparaît régulièrement sur l'aile où il peut faire des mètres. Il est également une excellente option de sortie et efficace dans le lâche. Pas selectionné pour le match contre l’Angleterre.

2eme partie à venir ...