Pierre Lacans

Le bijou de Béziers

« Quand je repense à ce jour funeste, Pierre avait joué, mené son équipe à la victoire, il l’avait fêté avec panache, brio et élégance, comme s’il avait su que c’était sa dernière nuit. C’était un homme adorable et les gens se souviennent de lui avec beaucoup d’affection. » (Diego Minarro)

Pierre Lacans était le capitaine de Béziers, le club le plus titré de l’époque, et un troisième ligne aile athlétique qui joua dans cette équipe de 1977 à 1985, remportant le championnat de France à cinq reprises. C’était un meneur d’hommes exceptionnel et sa popularité était immense parmi les supporters et ses potes joueurs. Il avait encore de beaux jours devant lui avant que le destin ne le frappe. Le 30 septembre 1985, Pierre se tuait dans un accident de voiture, il avait 28 ans.

Je me suis démené pour parvenir à entrer en contact avec quelqu’un de sa famille mais Didier Codorniou et Alain Paco m’ont tous deux mis en relation avec un homme, Diego Minarro, l’ancien talonneur de Béziers du tout début des années 1980 et deux fois champion de France et, encore une fois, je croisais sur ma route un être admirable.

Avec Diego, nous avons d’abord déjeuné avant qu’il me conduise à Cornilhac-Corbières, dans le Sud profond, non loin de Narbonne, auprès de Maryse, la mère de Pierre, qui est aujourd’hui âgée de 80 ans. Pour cet entretien, j’étais à la fois nerveux et très impatient. J’étais nerveux parce que je comprenais très bien que l’émotion puisse toujours être présente. La douleur, bien sûr, ne vous quitte jamais. Et j’étais impatient parce que, d’expérience, je suis toujours émerveillé par la façon dont certaines personnes vivent leur deuil avec autant de grâce et de dignité, étant capables de mettre en œuvre des mécanismes très efficaces d’adaptation. Pierre Dospital a perdu lui aussi son fils et il puisait dans ses souvenirs, inspirations et motivations sur le terrain, en s’adressant à lui tout en s’attaquant à ses adversaires.

Alors que nous étions en route pour rejoindre Maryse, Diego me met en garde, elle pourrait verser une larme, et je pensais à cette incontournable vérité : vouloir protéger nos enfants de tous les dangers et qu’ils nous survivent est l’illusion la plus chère à tous les parents.

Alors que nous étions en route pour rejoindre Maryse, Diego me met en garde, elle pourrait elle aussi verser une larme, et je pensais à cette incontournable vérité : Nous souhaitons protéger nos enfants de tous les dangers et qu’ils nous survivent, c’est l’illusion la plus chère à tout parent.

Notre « rendez-vous » était chargé d’émotion, de souvenirs heureux et empreint d’une grande fierté. Maryse était très belle, élégante, digne et charismatique. Cette rencontre avec Maryse et Diego fut l’un des moments forts de mon voyage.

Inscrivez-vous pour une copie

Inscrivez-vous à notre liste de diffusion pour savoir les dates de lancement du livre et pour vous donner une chance d'obtenir l'un des livres en édition limitée signés par David Beresford et Sean Fitzpatrick. Nous vous informerons également des mises à jour du website (joueurs, régions, nouvelles…).