Pierre Berbizier

Le stratège

« Quand j’ai été nommé entraîneur de l’équipe de France, en 1991, après la coupe du Monde, je savais que l’équipe de France avait des problèmes de discipline qui ne collaient pas à l’image que nous voulions donner. J’ai donc dit à la presse que j’allai résoudre ces problèmes. Deux semaines après, nous jouions contre l’Angleterre dans le Tournoi des 5 nations, en 1992, et je m’en suis mordu les doigts quand Moscato et Lascubé ont été tous deux renvoyés au vestiaire ! Quel cauchemar ! »

Pierre était un joueur brillant, un meneur exigeant et un stratège efficace. Finlay Calder a dit de lui qu’il était le meilleur demi de mêlée contre lequel il avait joué, capable de dicter le jeu et le tempo d’une partie. Mais aussi, il était un des premiers à avoir compris comment amener ses arrières à jouer pour passer la ligne d’avantage. Nous pensons tous à lui comme ayant été un joueur d’Agen, ce qu’il était, en effet, mais il est un homme des montagnes et son cœur y est resté. Il a été le seul joueur à insister pour que je le place dans le chapitre dédié aux montagnes, pas dans celui consacré au pays Basque où il réside pourtant aujourd’hui, pas plus que dans les pages « Sud-Ouest » où il passa l’essentiel de sa carrière. Nous nous sommes rencontrés au mythique Stade Jean-Dauger de Bayonne où nous avons passé deux heures à parler de sa splendeur sportive, des politiques des clubs qui existent toujours, de sa carrière professionnelle, et des défis du rugby moderne.

Inscrivez-vous pour une copie

Inscrivez-vous à notre liste de diffusion pour savoir les dates de lancement du livre et pour vous donner une chance d'obtenir l'un des livres en édition limitée signés par David Beresford et Sean Fitzpatrick. Nous vous informerons également des mises à jour du website (joueurs, régions, nouvelles…).