Dominique Erbani

Le héros méconnu

« Avant de jouer contre les All Blacks, Robert Paparemborde m’a dit : “Tant que t’as pas joué contre eux, t’as rien vécu, tu ne sais pas ce qu’est le rugby.” Je me suis dit : “Putain de merde. J’ai affronté les Anglais, les Gallois, les Irlandais et les Écossais et, putain, c’était déjà dur. Jouer les All Blacks, ça allait être un cauchemar !” Et ils sont encore aujourd’hui une équipe magique. »

Dans le pack français, j’ai toujours vu Dominique Erbani comme un grand contrebassiste. Berbizier aurait pu en être le chef d’orchestre imposant sa stratégie et amenant ses musiciens à jouer sa partition, avec Rodriguez comme chanteur et Champ à la guitare solo, mais c’était Dominique Erbani qui assurait les arrières. L’omniprésent bassiste donnant la rythmique et le tempo était très fiable. On ne le remarquait pas trop mais, comme tous les troisièmes lignes côté fermé, s’il n’avait pas été là, cela nous aurait immédiatement sauté aux yeux.

Inscrivez-vous pour une copie

Inscrivez-vous à notre liste de diffusion pour savoir les dates de lancement du livre et pour vous donner une chance d'obtenir l'un des livres en édition limitée signés par David Beresford et Sean Fitzpatrick. Nous vous informerons également des mises à jour du website (joueurs, régions, nouvelles…).