Didier Codorniou

Le Petit Prince

« Cette tournée en Nouvelle-Zélande en 1979 a été fabuleuse. Et le deuxième test contre les All Blacks fut un très grand match. J’ai apprécié son intensité, sa vitesse et sa technique et la façon dont Jean-Pierre Rives avait dirigé l’équipe. C’était la première fois que nous battions les All Blacks en Nouvelle-Zélande et cela se passait un 14 juillet. Nous avons fêté l’événement deux fois puisque par le jeu des fuseaux horaires, nous sommes partis le 15 pour atterrir à Tahiti, le 14. »

Je suis toujours impatient avant de rencontrer un joueur mais dans mon esprit Codorniou était spécial. C’était mon héros quand j’étais à l’école, un joueur extrêmement doué, petit, doté d’un sens de l’équilibre fabuleux, qui pouvait faire de superbes passes et éviter les contacts balle en main. Il était fascinant à voir jouer et indubitablement l’un des plus grands joueurs de sa génération. Aujourd’hui homme politique estimé, je l’ai retrouvé en passant par le bureau de la mairie de Gruissan, près de Narbonne, et nous nous sommes donné rendez-vous pour déjeuner à Sète, très belle ville sur la côte, au sud de Montpellier, sur la Méditerranée. Il est chaleureux, avenant, et très intelligent. Il a joué avec tant de grands joueurs — Maso, Rives, Caussade, Sella, Bonneval, Charvet, Gallion, Estève — et je voulais qu’il me raconte tout ce dont il se souviendrait.

Inscrivez-vous pour une copie

Inscrivez-vous à notre liste de diffusion pour savoir les dates de lancement du livre et pour vous donner une chance d'obtenir l'un des livres en édition limitée signés par David Beresford et Sean Fitzpatrick. Nous vous informerons également des mises à jour du website (joueurs, régions, nouvelles…).